Pourquoi ce tour ?

par Elvio:-)

Partir pour six mois de voyage n’est pas anodin, certains nous admirent, d’autres nous envient, d’autres nous prennent un peu pour des fous (et ça ne leur fait de loin pas envie). Personne n’est indifférent. Mais en fait, c’est quoi notre idée ?

Partir c’est… prendre de la distance, prendre ses distances, parcourir des distances…

Au niveau professionnel, à l’Etat – au service de l’enseignement spécialisé et de l’appui à la formation (SESAF) – dans une cellCIPS toujours plus impliquée dans des projets novateurs de technologie d’aide ou à la Fondation de Verdeil, au services de collègues enseignants pour que l’informatique pédagogique ne soit pas qu’un truc MITIC accessoire, l’investissement est très important, temps que je consacre avec une passion et une motivation toujours renouvelées. Si certaines formations et conférences ont pu me donner l’occasion de prendre de la distance avec ce «haut régime» (et encore), force est de constater que la charge est parfois très importante (et inhérente à ces temps de création de services novateurs). Différents hasards du calendrier (une formation PRessMITIC momentanément suspendue, une nouvelle collègue amenée à seconder notre trio à la cellCIPS, une équipe de délégués informatiques au grand complet à Verdeil) m’amènent à désirer prendre une distance momentanée et constructive d’avec nos réalités vaudoises ou romandes. Ma motivation est donc de pouvoir prendre du recul tout en investiguant d’autres réalités de vie, d’approches du monde et ce avec Charlotte.

Au niveau personnel et familial, oui, nous vivons des « croisées » intéressantes, avec des enfants très impliqués dans des formations aux quatre coins du monde (Nora en Chine pour une année alors que Zénia revient tout juste d’une année à Vienne, Lisa une année en Suède et Ivo bientôt deux ans sur… Soleure, Toni en antistatique à Lausanne mais en conférences à San Francisco comme à Neuchâtel et Hugo sur Albeuve pour deux années encore). Les enfants ont grandi, l’indépendance est de mise pour presque tous, peut-être est-ce le bon moment pour leur montrer nos… talons, pendant un moment du moins ?

Mais pourquoi partir en tandem, pourquoi faire tout ce voyage ? Les motivations qui m’animent (me dopent) sont de fait depuis fort longtemps liées à la connaissance de l’autre, à la possibilité d’en savoir plus sur des cultures différentes, sur des manières autres d’appréhender le réel, les problèmes aussi. Déjà en 1986, avec Charlotte, nous avions cette fringale de voyages, format mobilité douce (vélos de randonnée), et nous avions pu sur cinq semaines rallier Fribourg au sud de la Yougoslavie d’alors. Le temps nous a depuis manqué pour faire des étapes aussi ambitieuses et avons ensuite privilégié, avec nos enfants, des randonnées à pied (plus du tiers de la via-alpina.org à ce jour, sur nos périodes de vacances), mais vous nous aviez peut-être déjà suivi sur 850.ch… L’étape des… cinquante ans qui est maintenant effective est un déclic qui m’incite à vouloir prendre un temps différent, pour aller à la rencontre de l’autre, à travers des approches culturelles diverses.

Pourquoi six mois ?

Ce projet repose sur la notion de mobilité douce dans le sens qu’elle a un effet extrêmement fort en terme de capital sympathie lors des arrêts et autres moments de rencontres. Nous l’avons testé tant à pied qu’à vélo. Le tandem, parce que relativement peu courant, ajoute même un côté «pétillant» dans le regard des gens croisés, des enfants tout particulièrement. Le parcours envisagé (détaillé dans l’article « Avant-projet ») recouvre un grand kilométrage. Je pense qu’il est important de pouvoir faire ces trajets dans un esprit randonneur, avec cette âme de pèlerin capable d’être à l’écoute de son rythme et de ses ressentis comme de ceux des autres. Six mois recouvrent un temps certes long mais nécessaire pour espérer pouvoir prendre en compte ces différents aspects, éléments, réalités.

C’est ce que nous espérons et ce que nous partagerons parfois avec vous sur ce blog, au gré du temps disponible, au gré des possibilités.
europe

par Charlotte

Finalement – je reprends les mots de Nicolas Bouvier – « un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui-même. On croit qu’on fait un voyage, mais bientôt c’est le voyage qui vous fait… »

Je sais qu’il en sera ainsi. Et je m’en réjouis.

De la même façon, ce n’est pas la destination qui est importante, c’est le chemin. Celui que nous avons prévu sera sujet à modifications (il n’est déjà plus celui des premières projections…) : la qualité de la route, la circulation, les gens rencontrés, les envies, la forme physique du moment, tout sera là pour nous proposer la voie à suivre.

Et ainsi va la vie.

La vie devant nous et celle que nous laissons derrière nous, pour six mois. Une parenthèse avec son lot d’aventures et de découvertes.

Et pour ouvrir la parenthèse, il faut terminer la « phrase » précédente : préparer le matériel, régler les détails d’intendance pour ceux qu’on laisse à la maison, prendre congé de ceux qu’on aime.

Pas facile.

La famille Fisler sera passablement dispersée cette année…

Lisa, actuellement au Khirgisztan, va faire son année de bachelor (biologie) en Suède, Ivo va commencer son apprentissage de maraîcher du côté de Soleure et Nora s’en va passer une année d’échange (collège) en Chine (pas loin de Hong Kong) pendant que Toni (web designer) reste fidèle à Fribourg et « pendule » vers Lausanne pour son travail. Restent pour s’occuper bravement de l’intendance à la maison : Zénia (fraîchement de retour de son année viennoise) et Hugo, ravi de pouvoir raccourcir son temps de trajet vers le travail grâce à la voiture laissée en gage !

Entre recherches d’infos, achats d’équipement et de matériel, visites d’embassade pour établissement de visa chinois, séances de vaccinations diverses, essais de rangements « maison », déménagement ou réaménagement de chambres pour certains, lectures diverses, comité par ci, rédaction de texte par là, vidage et remplissage de congélateur, jardin, limaces, premières confitures et petits pois à congeler, il y a aussi le déjeuner d’adieu avec les Amis, les embrassades successives au fil des derniers jours, le dernier souper avec les uns, la dernière soirée-jeux avec les autres et aussi les exclamations, les questions, les questionnements, l’incompréhension ou les rendez-vous familiaux manqués…

Tout cela fait déjà partie du voyage : on laisse derrière soi ceux qu’on aime, tout en songeant « à des régions […], aux musiques qui y résonnent, aux regards qu’on y croise, aux idées qui vous y attendent… […]. Quelque chose en vous grandit et détache les amarres, jusqu’au jour où, pas trop sûr de soi, on s’en va pour de bon. » (Nicolas Bouvier).

Je vous aime. J’ai confiance en vous. J’ai confiance en la vie !

Vélo vire
Vélo volte
Où va la vie
Vélo va…
(Arno)

Ce qu’on laisse derrière nous… momentanément !

9 réponses à “Pourquoi ce tour ?”

  1. Rosine dit :

    Bonne route !

  2. Margarita Martinez Piccand dit :

    Salut Charlotte et Elvio
    Je découvre votre site grâce à Eva à qui j’ai demandé de vos nouvelles! Magnifique! J’ai eu plaisir à vous lire et à regarder vos photos!
    Bonne route!Amitiés
    Margarita

  3. Coco dit :

    Mais coucou les Amis!
    Ça fait plaisir de vous lire et de vous voir , on voyage ainsi par procuration :-)
    Profitez un max de cette période extra..ordinaire .
    Pour vous envoyer un mot on doit passer obligatoirement par là où tout le monde peut lire ou ya mieux ?
    Gros mimis et à bientôt pour de nouvelles aventures

  4. Girardet dit :

    Salut les loulous

    La famille Girardet du Locle pense bien à vous. J’espère que tout va pour le mieux pour vous 2 et on se réjouit de vous lire et de vous revoir bientôt. Bises de nous 4. Khedi

  5. Calo dit :

    Hello !
    Tout d’abord quelle surprise cette carte postale ! Merci c’est vraiment sympa.
    Et félicitations pour votre magnifique périple que je découvre par
    votre site.
    Et oui, c’est … Noël ! Tous mes voeux pour vous que vous puissiez passer de belles fêtes et plein de joie et de bonheur pour 2015 !

    Amitiés
    Calo

  6. Nico et Nany dit :

    Salut Charlotte et Elvio
    Petit coucou de Lyon! Tous nos voeux pour votre fin de voyage! Très belle année 2015 et Romimis!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *