Détails plus ou moins piquants…

Non, même le paprika se laisse manger « presque » sans grimaces… Et c’est un accompagnant incontournable depuis un certain temps déjà.

Par contre Charlotte en fait (des grimaces) et elle les ponctue de ouiiiie ouiiiie quand je roule -pourtant avec délicatesse et doigté- sur les routes roumaines, tout spécialement après le col précédant Ciocanesti ! Juste impossible de surfer entre les trous, rigoles et autres nids de poules (grosses de format).

Bon, on le savait déjà, les services de voirie font leur travail mais jusqu’à un certain point, comme si certaines rivières ou forêts aux abords de camps tziganes provisoires (époque de la cueillette de champignons et autres baies) étaient « oubliés ».

Le wifi est accessible diversement. Je montre le boîtier à la serveuse ne parlant que le roumain et le russe (je n’ai pas testé le chinois ou le suédois), mais elle ne réagit pas. Du coup, selon les principes de Paul, je tente le coup avec 12345678 et…. ÇA MARCHE !

On tente un camping (noté sur le panneau de la pension) mais, en cette fin de saison, il est fermé. Quelques kilomètres plus loin, Vladimir (mais nous en reparlerons), nous accueille GRANDIOSEMENT avec une humanité débordante et qui fait du… bien !

Faire quelques kilomètres et se rendre compte que nous avons à nouveau oublié de faire le plein d’eau potable dans nos gourdes, grrrrr… Et les fontaines sont plutôt rares, quoique… car les montagnes à nouveau dans notre quotidien semblent plus « prolifiques » de ce côté.

IMG_3343.JPG

6 réponses à “Détails plus ou moins piquants…”

  1. La route grimpe. Les monastères des Maramures se méritent : c’est la montagne… et ça vous plait. Bonne route et bonnes visites. Demain, nous parcourons les pistes cyclables de Budapest jusqu’au musée Vasarely. Bises à vous deux.

    Paul & Monique

    • admin dit :

      Bonne visite et bonne cyclo-route ! Là il fait froid le matin, moins d’enthousiasme pour le lever !!! :-)

    • BERis dit :

      Salut vous

      Alors que je savais les Fisler courant les Carpates, je n’imaginais pas les Paul-Monique sur la route. Il semble que l’été laborieux se poursuit pour certains. J’ai apprécié, me promenant sur les tribulations fisleriennes, une image de Paul aux fourneaux et une autre de Monique sur son vélo tout terrain. Bien du plaisir à vous et millebecs.

      • admin dit :

        Nous ne savions pas non plus que Paul et Monique nous rejoindraient, c’était une rencontre du troisième type, le gros 4×4 avec le long vehicle tandem ! Et la cuisine et l’ambiance étaient au top…
        Tout de bon sur les bords du Léman !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *